Lettre au rédacteur en chef du Toronto Star – 16 novembre 2016

Monsieur le rédacteur en chef,

Le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) est déçu de l’information sur ses activités qui est véhiculée dans les gros titres de votre journal ce matin. À bien des égards, l’article omet des éléments d’information clés, qui avaient été fournis au Toronto Star dans le cadre de sa demande d’information. En premier lieu, le CST a clairement indiqué que la demande pour la tenue d’une séance d’information avait été soumise indirectement par l’entremise du Bureau du commissaire du CST; la Cour fédérale n’a en aucun cas directement demandé au CST de lui fournir officiellement de l’information. Le CST a d’ailleurs expressément indiqué qu’il n’a été informé d’aucune autre demande directe ou indirecte, ni d’aucune réponse de la part de la Cour fédérale, depuis la demande initiale, concernant la tenue d’une séance d’information par le CST. En deuxième lieu, comme le souligne votre article, le CST a déjà organisé des séances d’information à l’intention des juges désignés par la Cour fédérale par le passé et l’organisme accepterait de le faire de nouveau, ce qui démontre nettement que le CST n’a aucun intérêt à « cacher » quoi que ce soit à la Cour. D’ailleurs, les raisons pour lesquelles le CST ne tient pas de séance d’information pour le moment sont valables et justifiées par une réelle préoccupation que cela puisse être perçu comme un conflit d’intérêts. Enfin, il est important de souligner que la Cour fédérale n’a à aucune moment demandé que le CST lui fournisse autre chose qu’une séance d’information générale sur ses activités. Il est totalement faux de prétendre que la demande de la Cour pour la tenue d’une séance d’information et la décision du CST de ne pas y donner suite sont liées à d’autres décisions récentes.

Merci.

Dominic Rochon
Chef adjoint, Politiques et communications