Cybermenaces contre le processus démocratique du Canada

Comment le processus démocratique est-il ciblé?

Cibles : les partis politiques et les politiciens

  • Menace : Mener des activités de cyberespionnage contre une cible politique.
  • Menace : Exercer du chantage contre une cible politique.
  • Menace : Embarrasser ou discréditer une cible politique.
  • Menace : Voler ou manipuler les bases de données du parti ou celles sur les électeurs.

Au cours du processus démocratique, les électeurs jugent et évaluent les partis politiques et les politiciens. Les partis politiques et les politiciens essaient de persuader les électeurs à l’aide d’idées et de messages particuliers. Les adversaires peuvent essayer d’obtenir des renseignements préjudiciables pour manipuler les personnes visées ou pour influencer l’opinion publique à leur sujet.

Cyberespionnage

Les partis politiques et les politiciens utilisent des téléphones intelligents, des dispositifs et des ordinateurs pour traiter et conserver des renseignements personnels et politiques. Ces renseignements peuvent comprendre des bases de données contenant des renseignements personnels sur des millions de Canadiens, tant des électeurs que des donateurs politiques. Les partis politiques sont autorisés à recevoir une partie du registre des électeurs de la part des organismes électoraux et ils peuvent y ajouter des renseignements supplémentaires sur les électeurs. Ces renseignements personnels et politiques ont une grande valeur et incitent les adversaires à se tourner vers le cyberespionnage pour y accéderNotes en fin de texte 12.

 

Manipuler une cible ou faire du chantage : Utiliser des renseignements ou menacer de les divulguer publiquement

Les adversaires peuvent décider d’utiliser des renseignements personnels sur un politicien, ou sur le personnel politique, pour essayer de manipuler la personne ou de la contraindre à faire des choses. Ce type d’activités peut comprendre du chantage, des pots-de-vin ou l’orchestration de situations visant à pousser la cible à adopter des comportements inhabituels ou participer à des activités nuisibles.

 

Embarrasser ou discréditer une cible : Divulgation de renseignements

Les adversaires peuvent cibler des partis politiques ou des politiciens en recueillant d’abord des renseignements (comme dans l’exemple précédent), puis en divulguant publiquement ces renseignements en vue d’embarrasser ou de discréditer la cible. Parfois, les adversaires modifient les renseignements avant de les divulguer afin d’obtenir un effet plus spectaculaire. Les adversaires peuvent aussi faire appel à une tierce partie (p. ex. journaliste, WikiLeaks) pour accroître la légitimité des renseignements et pour demeurer anonymes ou masquer autant que possible leur identité. L’objectif de cette activité est d’embarrasser ou de discréditer la cible ou encore d’aider les rivaux de la cible.

Embarrasser ou discréditer une cible : Ingérence des sites Web ou des médias sociaux

Un autre moyen de discréditer un parti politique ou un politicien est d’interrompre ou compromettre sa présence sur Internet. Par exemple, les adversaires peuvent cibler le compte dans les médias sociaux ou le site Web d’une personne et le dégrader avec du contenu obscène ou de la désinformation, pour berner les électeurs et embarrasser le politicien. Selon le moment auquel survient un tel événement, ses conséquences peuvent représenter une simple nuisance ou un tournant décisif en cas d’élections serrées.

Les cybercapacités nécessaires à la mise hors service d’un site Web sont relativement simples à acheter ou à louer, ce qui permet aux adversaires qui ne possèdent pas de capacités techniques de se les procurer à peu de frais afin d’atteindre leurs objectifs malveillants.

Lorsque des adversaires essaient d’embarrasser ou de discréditer publiquement une cible, ils le font en espérant voir les renseignements qu’ils ont divulgués se retrouver dans les actualités courantes, afin de nuire à un parti politique, même si cela n’est que temporaire. Les médias peuvent être ciblés pour influencer le processus politique et l’opinion publique. Nous en parlerons plus en détail dans la section suivante.

À long terme, ce genre d’activité peut avoir de terribles effets sur la démocratie. Par exemple, des candidats qualifiés pourraient décider de ne pas se présenter à des élections en raison de la myriade de conséquences négatives que cela pourrait avoir sur leur vie personnelle et leur réputation.

Voler ou manipuler les bases de données du parti ou celles sur les électeurs

Les adversaires tentent parfois de dérober les bases de données d’un parti politique ou celles sur les électeurs, car ils peuvent en tirer un bon prix dans des parties illicites d’Internet (c.-à-d. sur le Web invisible) où l’on achète et vend constamment de grandes quantités de renseignements nominatifs personnelsNotes en fin de texte 14.

Les adversaires peuvent aussi modifier les données ou les rendre inaccessibles (p. ex. en les chiffrant) aux partis politiques et aux politiciens qui les utilisent pour identifier les électeurs et communiquer avec eux. Les adversaires qui ciblent ainsi un parti politique peuvent influencer le cours des élections en empêchant le parti politique en question d’utiliser un important outil d’approche et d’engagement de l’électorat.