Cybermenaces contre le processus démocratique du Canada

Aperçu des cybermenaces

L’avènement d’Internet a été accompagné d’une panoplie de nouvelles menaces contre le processus démocratique. La majeure partie du discours social lié au processus démocratique se produit désormais en ligne. On pense, entre autres, aux courriels, aux gazouillis, aux sites Web, aux bases de données, aux réseaux informatiques et à beaucoup d’autres technologies de l’information dont se servent les électeurs, les organismes électoraux, les partis politiques, les politiciens et les médias. Le Canada fait partie d’un groupe d’États de plus en plus nombreux qui doivent se défendre contre leurs adversaires qui utilisent des cybercapacités pour secrètement exercer une influence sur les trois aspects du processus démocratique.

Par adversaire, on entend tout État, tout groupe ou toute personne qui a utilisé ou qui pourrait utiliser des cybercapacités pour menacer ou influencer le processus démocratique du Canada. Certains adversaires sont auteurs de menaces stratégiques, en ce sens qu’ils visent sciemment à influencer secrètement un processus démocratique en particulier.

D’autres adversaires ne visent pas à influencer les résultats d’un processus démocratique, mais peuvent y parvenir malgré eux : il s’agit alors de menaces indirectes. Souvent, les responsables des menaces indirectes ratissent large dans l’espoir d’exploiter une base de données ou un réseau non sécurisé pour des motifs financiers ou simplement pour se divertir. Le fait que leurs activités touchent le processus démocratique est une simple coïncidence.

En vue d’évaluer les menaces contre le processus démocratique, le CST a examiné les cybermenaces qui ont ciblé les processus démocratiques à l’échelle mondiale au cours des dix dernières années. On compte six catégories d’adversaires qui entreprennent des activités visant à influencer le processus démocratique ou qui ont les capacités d’y parvenir.

  • Les États-nations motivés par des intérêts économiques, idéologiques ou géopolitiques.
  • Les hacktivistes motivés par des questions idéologiques.
  • Les cybercriminels motivés par l’appât du gainNotes en fin de texte 5.
  • Les groupes terroristes motivés par des idéologies extrémistes et violentes.
  • Les acteurs politiques motivés par le désir d’être portés au pouvoir national.
  • Les amateurs de sensations fortes motivés par le désir de se faire une réputation ou par l’atteinte d’une satisfaction personnelle découlant d’activités de piratage réussies.

Figure 2 : Aperçu des adversaires qui ciblent le Canada

Figure 2 - Description

  • Les États-nations motivés par des intérêts économiques, idéologiques ou géopolitiques.
  • Les hacktivistes motivés par des questions idéologiques.
  • Les cybercriminels motivés par l’appât du gain.
  • Les groupes terroristes motivés par des idéologies extrémistes et violentes.
  • Les acteurs politiques motivés par le désir d’être portés au pouvoir national.
  • Les amateurs de sensations fortes motivés par le désir de se faire une réputation ou par l’atteinte d’une satisfaction personnelle découlant d’activités de piratage réussies.