Vidéo sur l’Institut Tutte

Un vidéo historique de l'Institut Tutte

S'il vous est impossible de voir la vidéo sur l'Institut Tutte, veuillez consulter la version texte.

Vidéo sur l’Institut Tutte- (Cliquez sur l'icône CC pour afficher les sous-titres codés)

(Musique)


Bienvenue à l’Institut Tutte
pour les mathématiques
et le calcul,
le premier en son
genre au Canada.
L’institut mène des
recherches classifiées
dans les domaines
de la cryptologie
et de la découverte
de connaissances.
Il a pour mission d’appuyer
le Programme canadien
de cryptologie et ses
alliés internationaux.
C’est ici que certains des plus
grands cerveaux du Canada
en mathématiques et en calcul
se réunissent pour résoudre
les problèmes les plus
complexes d’aujourd’hui.
Les découvertes et les progrès
réalisés entre les quatre murs
de cette installation TRÈS SECRET
ont une incidence réelle
sur la sécurité du Canada
et de ses alliés.
Bien que l’institut fasse appel
à des technologies de pointe
dans un environnement de collaboration
ultramoderne,
le domaine de la cryptologie
dans lequel il évolue
a une histoire qui remonte
à plus de 2 000 ans.


Richard, en quoi consiste
exactement la cryptologie?


La cryptologie comprend à la fois
la cryptographie et la cryptanalyse.
En gros, la cryptographie est
la science de la dissimulation
ou de la protection de l’information,
soit le « codage »,
tandis que la cryptanalyse est
l’art et la science de l’analyse
et de l’exploitation des
codes de cryptographie,
soit le « décodage ».


Quelles sont les origines
de la cryptologie,
et comment a-t-elle évolué?


La cryptologie remonte
probablement au tout
début des conflits humains.
Le premier cas documenté de
systèmes cryptographiques
repose sur l’emploi de
scytales par les Grecs,
plus particulièrement les Spartes,
vers les années 300
avant J.-C.
L’expéditeur enroulait
une bande de parchemin
autour d’un cylindre, écrivait
son message sur la longueur
du cylindre, déroulait ensuite
la bande et remettait
celle-ci à un messager.
Le destinataire n’avait alors
qu’à enrouler la bande
sur un cylindre de même diamètre
pour lire le message.
Un autre exemple est
le chiffre de César
utilisé à l’époque
de l’Empire romain,
où chaque lettre était
remplacée par une lettre
de l’alphabet décalée de trois
rangs vers la gauche,
quitte à recommencer au début
de l’alphabet au besoin.
Ces deux systèmes peuvent
nous sembler très simples,
mais ils étaient des plus
novateurs à leur époque,
bien sûr.


Quelle incidence la cryptologie
a-t-elle eue
dans les conflits des 100
dernières années?


En fait, elle a joué
un rôle majeur.
Au cours des cent dernières années,
les gros conflits sont
souvent à l’origine des
progrès rapides réalisés
dans les domaines des communications
et de la cryptologie.
L’avènement du télégraphe,
puis des technologies
sans fil et radio, a mis en évidence
la nécessité vitale pour
un pays de protéger ses
renseignements tactiques
ou stratégiques, sans
compter sa supériorité
sur le plan de l’information.


Quel rôle la cryptologie
a-t-elle joué durant
la Seconde Guerre mondiale?


Par rapport à la Première Guerre
mondiale, la cryptologie a eu
une importance énorme
pour les pays impliqués
dans la Seconde
Guerre mondiale.
Tout et chacun voulait connaître
les prochains gestes ou
les intentions de l’ennemi,
tout en continuant
de dissimuler les leurs.
La Grande-Bretagne avait
des tactiques de
déception extrêmement efficaces.
Les progrès réalisés dans les
télécommunications ont contribué
aux innovations cryptographiques,
mais aussi à l’évolution
et à la portée de
la cryptanalyse.
Prenons, par exemple, l’exploitation
des nouvelles technologies
de chiffrement des Allemands.
Les Britanniques ont développé
deux dispositifs
cryptanalytiques majeurs
pour détourner
la technologie allemande.
Le premier, appelé Colossus,
a été le premier ordinateur
programmable à exploiter le trafic
du dispositif allemand Tunny.
Le second, appelé Bombe, était
un appareil électrique
et mécanique massif qui,
bien que non programmable,
pouvait casser les
messages codés par
la machine Enigma allemande.


À environ 50 milles de Londres,
en Angleterre, se trouve
un domaine sans prétention connu
sous le nom de Bletchley Park.
En 1938, le gouvernement britannique,
confronté à une menace
de guerre, achète la propriété
et la convertit en
un centre de décryptage clandestin
du renseignement
électromagnétique allemand
pour le Government Code
et Cipher School.
Le domaine, situé près d’une
importante jonction routière
et ferroviaire et de lignes
de téléscripteurs,
constitue un emplacement idéal.
Afin de dissimuler la nature
exacte de Bletchley Park,
les décrypteurs œuvrent sous
le couvert du
« Captain Ridley’s Shooting Party »
et le parc reçoit
le nom de code « Station X ».
Plusieurs grands esprits travailleront
à Bletchley Park
durant la guerre et contribueront
énormément
à l’effort de guerre allié.
L’un d’entre eux s’appelle
William Tutte.
William Tutte est un homme
extraordinaire issu
d’un milieu des plus modeste.
Né en 1917 à New Market,
en Angleterre, fils
d’un père jardinier et
d’une mère concierge,
il démontre dès son plus
jeune âge d’excellentes
aptitudes scolaires, et
reçoit éventuellement
une bourse d’études du Trinity
College Cambridge.
C’est là qu’il aide à résoudre
le fameux problème mathématique
de la quadrature du carré,
où il s’agit de partitionner
un carré en carrés plus petits,
tous de taille différente.
Sa carrière universitaire prend
un détour inattendu en 1941
lorsqu’il est invité par son tuteur
à visiter Bletchley Park.


Richard, quelles ont
été les contributions
de William Tutte
à Bletchley Park?


Sa plus grande contribution
a été sans aucun doute
son travail exceptionnel de cryptanalyse
de la « clé Tunny ».
À l’époque, le système Tunny
chiffrait les communications
des gradés de l’armée allemande.
La clé a été obtenue des Allemands
après qu’ils ont envoyé
deux messages très similaires
chiffrés au moyen
des mêmes variables.
Le texte en clair était
essentiellement le même
dans les deux messages
sauf que la plupart
des caractères étaient décalés
de quelques caractères.
L’analyse a révélé le fonctionnement
interne de Tunny :
douze roues de longueurs variant
entre 23 et 61,
chaque position ayant
un 0 ou un 1
(un point ou une croix dans les
termes de Bletchley).


Quelles ont été les répercussions
de cette découverte
sur l’effort de guerre
des alliés?


Armés de la connaissance
du chiffrement de Tunny,
les Britanniques ont pu exploiter
les faiblesses du processus,
et grâce à leur expertise technique,
construire la machine
Colossus dont nous avons
parlé précédemment.
Cette machine s’est révélée
par la suite essentielle au
décryptage des messages
allemands futurs
et a contribué à raccourcir
la guerre d’environ deux ans.
Après la guerre, William Tutte
retourne au monde universitaire
et émigre au Canada.
Il fait partie du corps enseignant
de l’Université de Toronto
avant de se joindre à celui
de l’Université de Waterloo,
à peine cinq ans
après sa création.
Tutte joue un rôle clé dans
la création de la faculté de
mathématiques et dans
l’établissement de l’image
et de la réputation du
nouvel établissement.
Après sa retraite en
1985, Tutte continue
comme professeur émérite.
Durant sa longue et
prestigieuse carrière,
William Tutte reçoit de nombreux
prix et récompenses :
le prix CRC-Fields, la médaille
Tory de la Société royale
du Canada, et la bourse Killam du
Conseil des Arts du Canada,
pour n’en nommer
que quelques-uns.
Il est nommé membre de la
Royal Society of London,
membre de la Société royale
du Canada et, plus tard,
officier de l’Ordre du Canada,
juste sept mois
avant son décès en 2002.
C’est à la mémoire de cet homme
remarquable qu’a été nommé
l’Institut Tutte pour les
mathématiques et le calcul.
Il y a huit ans, le Centre
de la sécurité des
télécommunications Canada
(ou CSTC) a entrepris
l’établissement de ce qui allait
devenir l’Institut Tutte.
Nous avions besoin d’une
installation pour mener
des travaux de recherche
classifiés à long terme à
l’appui du Programme canadien de
cryptologie et de nos alliés.


Quelles sont, d’après vous,
les raisons les plus
convaincantes pour travailler
à l’Institut?


D’abord, la recherche effectuée
à l’Institut vise à résoudre
des problèmes fascinants et
stimulants dans un domaine
des plus importants.
Nos chercheurs ont également
l’occasion de collaborer
avec les esprits les plus brillants
et novateurs de la planète.
Les sujets les plus « cool »,
par contre, sont classifiés,
et pour en apprendre davantage,
vous devez vous joindre
à notre équipe.


En plus d’être le seul
en son genre au Canada,
en quoi l’Institut
Tutte est-il unique?


Nos chercheurs ont accès
à une technologie
de pointe disponible
nulle part ailleurs.
Prenons, par exemple, notre
environnement collaboratif avancé :
il permet à nos chercheurs
de collaborer à distance
de manière instantanée et sécurisée
avec d’autres chercheurs,
par différents moyens comme
la vidéoconférence,
les tableaux blancs
collaboratifs,
les affichages à fenêtres
multiples,
les écrans haute définition
et l’enregistrement.
Cet environnement
constitue l’une
de nos plus grandes ressources.


Quelle est l’importance des
travaux de l’Institut
pour les Canadiens et les
partenaires internationaux?
L’Institut Tutte permet d’optimiser
les partenariats
de recherche du Canada au sein
de la collectivité alliée.
Ainsi, le CSTC peut participer
à certaines des initiatives
les plus importantes de ses partenaires
alliés et en bénéficier.
J’aimerais ajouter que
depuis sa fondation,
l’Institut Tutte est devenu une
présence importante au sein
de la collectivité des mathématiques
et du calcul classifiés.


Hugh, quelle est la vision de
l’Institut Tutte?


L’Institut progresse sans cesse :
il mise sur ses succès
et étend son réseau de partenaires,
d’employés à plein temps,
de membres intégrés
et d’entrepreneurs.
Nous prévoyons poursuivre
notre lancée en tant que
joueur unique dans l’aréna cryptologique
du Canada et en tant
qu’institut de recherche
de calibre international.


Et voilà votre aperçu exclusif
sur l’un des établissements
les plus fascinants et les
plus secrets du Canada
et sur l’homme exceptionnel
à l’origine de son nom.
Il est clair que les travaux
qui se trament derrière ces
portes sont essentiels au Programme
canadien de cryptologie,
à ses partenaires internationaux
et aux Canadiens en général,
mais pour le commun des mortels,
l’histoire se termine ici.


*Musique*